La saison des soutenances de thèses approche, et ce sera le tour de Marie Kopec, qui soutiendra le mardi 24 juin à 14h30 à l’ENS Rennes, dans la Salle du Conseil.

Résumé :

Ma thèse présente quelques résultats concernant le comportement en temps fini et en temps long de méthodes numériques pour des équations stochastiques. On s’intéresse d’abord aux équations différentielles stochastiques de Langevin et de Langevin amorti. On montre un résultat concernant l’analyse d’erreur faible rétrograde de ses équations par des schémas numériques implicites. En particulier, on montre que l’erreur entre le générateur associé au schéma numérique et la solution d’une équation de Kolmogorov modifiée est d’ordre élevé par rapport au pas de discrétisation. On montre aussi que la dynamique associée au schéma numérique est exponentiellement mélangeante. Dans un deuxième temps, on étudie le comportement en temps long d’une discrétisation en temps et en espace d’une EDPS semi-linéaire avec un bruit blanc additif, qui possède une unique mesure invariante . On considère une discrétisation en temps par un schéma d’Euler et en espace par une méthode des éléments finis. On montre que la moyenne, par rapport aux lois invariantes (qui n’est pas forcément unique) associées à l’approximation, par des fonctions tests suffisamment régulières est proche de la quantité correspondante pour. Plus précisément, on étudie la vitesse de convergence par rapport aux différents paramètres de discrétisation. Enfin, on s’intéresse à une EDPS semi-linéaire avec un bruit blanc additif dont le terme non-linéaire est un polynôme. On étudie la convergence au sens faible d’une approximation en temps par un schéma de splitting implicite.